Éveiller mon esprit, Mam'life

Tout n’est qu’une question de Perception

Au fil de mes lectures, de mes discussions et de mes remises en question, j’ai entrevue une nouvelle façon de regarder. Je vais donc aujourd’hui te parler de la Perception ou comme je l’appelle parfois l’Interprétation, ce moment ou pour une raison ignoré, notre cerveau vois à sa façon ce que les autres ne voit pas, cette instant où nous réagissons sur commande par nos émotions sans vraiment savoir pourquoi.

Pour t’expliquer correctement cette remise en question j’ai décidé de t’écrire une petite histoire perso. Tout d’abord de la manière dont je l’ai vécu avec mes ressenti et mes émotions (1.), ensuite la version sera celle de ma psy qui m’a fait réaliser que les choses aurait pu se percevoir autrement, en bref ma prise de conscience (2.)et pour finir la version avec laquelle j’ai décidé de vivre aujourd’hui et pourquoi (3.).

“La réalité est une chose mystérieuse et fluctuante, car la perception que nous en avons ne reste jamais la même.”
Stendhal

Allez c’est parti :

1.Pour commencer l’histoire je dois te replacer dans le contexte. Je n’étais pas un ange étant enfant (une enfant sage pour être plus précis), j’avais donc suite à de mauvais résultat scolaire et de mauvais comportement été punis de vacances chez mes grands-parents. Mes parents avaient donc été dans l’obligation de me garder, ils avaient un impératif pour leur travail qui nous a conduits à devoir partir un matin de bonne heure pour un salon, voilà donc le début de l’histoire.

Nous étions tous les trois dans la voiture, ma mère conduisait, mon père était passager et moi à l’arrière au milieu. Nous nous retrouvons derrière une voiture qui roulait plus lentement que nous. Ma mère s’engage pour doubler et le véhicule se remet à doubler, ainsi de suite, ma mère décide donc de rester derrière lui pour éviter tout problème, mon père s’énerve sur la conduite de l’autre véhicule quand celui-ci pile sans aucune raison apparente. Nous finissons dans le décor, la voiture est épave, nous en sommes juste pour  une grosse frayeur et de grosse douleur du au choc pour ma mère, rien de bien grave.

Je vais te raconter la fin de l’histoire même si elle n’a pas grand intérêt (à moins que), nous expliquons au gendarmes ainsi qu’aux pompiers sur place ce qui s’est passé, nous accompagnons ma mère pour des radios puis rendez-vous au poste pour redonner tous les détails.

Ma perception des événements fut la suivante, j’ai eu l’impression que ma mère et le conducteur voulait engager une course poursuite, ce que je trouvais débile vu que les véhicule n’était pas du même gabarit. J’étais en colère après mes parents car je jugeais que mon père soutenait ma mère dans cette démarche vu qu’il s’énervait contre elle, en lui disant de repasser devant lui et affirmant que c’était encore un imbécile qui avait eu son permis dans une pochette surprise. Dans le même temps je regardais mes parents avec tendresse parce qu’une fois notre voiture arrêté, il c’était regardé et m’avait regardé ensemble avec cette même question : « Tu vas bien ? », ce qui m’avait donné une valeur à leurs yeux. Je leur en voulais cependant puisqu’ils avaient douté de moi sur ma mémorisation de la plaque d’immatriculation et que la police avait utilisé ce souci de lettre comme les mettant dans l’incapacité de retrouver le véhicule.

2. Lors d’une discussion avec ma psy je lui avais parlé de cet évènement, il y a quelque jour alors que je lui demandais pourquoi certaines personnes ne se souvenaient pas des choses comme tout le monde, elle a donc décidé de me raconter une histoire imaginaire pour que j’entrevoie la lumière mais elle l’a fait avec un joli rapport à mes fausses croyances.

(Je vais essayer de te retranscrire ce qu’elle m’a dit, ce ne sera peut-être pas sa formulation exacte mais bien ce qu’elle aura pu exprimer)

« Visualisez une famille dans une voiture, il y a les parents et trois petites filles à l’arrière, il roule à vitesse raisonnable et un véhicule est devant eux. Celui-ci roule 20 km/h en dessous de la vitesse autorisé, le père au voulant juge qu’il a le temps de doubler malgré qu’il approche d’une bande blanche, il met son clignotant et s’engage. Sa femme lui dit de faire attention, qu’il ne doit pas oublier les enfants à l’arrière. Le véhicule qui roulait lentement se met à accélérer, le père de famille ralentit ne pouvant plus doubler se replace derrière celui-ci mais il pile et c’est l’accident. Il n’y a aucun blessé. »

Elle me demande donc ensuite comment chacun à perçut cette événement, je lui réponds en y imaginant que le père éprouve du remord, la mère du reproche, les enfants de la peur avec de la colère. Voici sa réponse :

« Le père ne reproche rien, il est même en colère contre sa femme et l’automobiliste. C’est dans sa nature il n’a jamais tort, donc sans eux rien de tout ça ne serait arrivé.

La mère se sent responsable de ce qui est arrivé, elle se juge responsable. C’est dans sa nature, elle se culpabilise toujours même si elle n’a rien fait.

Les enfants auront trois vécu distinct, l’une d’entre elle reprochera à ses parents de les avoir mis en danger, elle les jugera responsable de l’accident. La seconde s’interrogera sur le comportement de l’autre conducteur et essayera de trouver des excuses à chacun en interprétant l’environnement qui selon elle en sera la cause. Quant à la dernière qui dormait, suite à son réveil brutal elle se persuadera que rien de tout ça ne serait produit s’ils avaient été patient mais elle accusera ouvertement l’autre conducteur d’être un inconscient.

Pour l’autre automobiliste, il ne comprend pas ce qui est arrivé car il était distrait dans ses pensées. Il se sent coupable mais est trop fière pour l’admettre, il remet donc la faute sur le père de famille. »

C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte, je ne mettais jamais demandé ce qui c’était passé pour l’autre conducteur, il avait fait un délit de fuite mais depuis toute ces année qu’avait-il vécu, avait-il du remord ou nous avait-il oublié ?

3. Apres cette discussion, j’ai beaucoup repensé à cet accident et j’ai décidé de le revivre intérieurement afin de le voir sous un nouveau jour et je me suis senti libérer d’un poids, bien mieux dans ma tête, un peu plus légère en fait.

Certes j’avais mal agis mais mes parents avaient-ils vraiment cherché à me sanctionner ? N’avaient-ils pas eu envie de répondre à une attente de ma part, que l’on passe plus de temps ensemble ? Et puis ce matin pourquoi étions nous partit à ce salon, pour leur travail ou pour me faire découvrir de nouvelle chose ?

Je ne vais pas te raconter de nouveau l’histoire de l’accident les fait ne peuvent changer, seul ma perception peut évoluer. Tu l’auras compris aujourd’hui je m’interroge avec compassion pour cet homme qui conduisait car j’ignore comment il l’a vécu et j’espère qu’il a pu passer à autre chose, nous allons bien, c’est le principal. Je me suis ensuite dit que mes parents avaient dû exprimer des émotions que j’avais mal interpréter, n’avaient-ils pas juste eu peur et l’avaient exprimé de façon nerveuse. Je garde leur regard telle quelles puisque c’est positif quant à leurs doutes sur la plaque j’ai très bien pu me tromper, c’était possible avec la foule d’émotions que je n’arrivais pas à canaliser.

J’ai fait le choix de cette perception car elle remet le savoir vivre ensemble et l’amour familial au centre de l’histoire et c’est moins lourd à porter que des émotions négative. Je suis persuadée qu’il ne faut pas occulter les événements mais je pense qu’avec un changement de perception, on peut vivre plus détendu, bien dans ses baskets sans se soucier d’hier, ni de demain.

J’ignore comment l’intégrer totalement dans ma philosophie de vie, je m’interroge aussi sur les limites de son utilisation (enfin s’il y en a) mais j’en ressens déjà des biens faits direct. Je ne ressens plus le besoin d’oublier mon passé, je peux vivre avec, où presque car pour un ou deux évènements, ça me semble impossible à pratiquer. Il reste encore du travail mais j’entrevoie la lumière et ça me fait du bien.

Et toi, comment tu perçois les événements, les informations de ta vie?

Accepte ton reflet dans le miroir, c’est le premier pas vers ton bonheur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s