Le souvenir de l’abandon

Je sais que j’avais promis d’écrire des articles de qualités et je vais essayer de m’y tenir seulement voilà je suis un peu comme le temps en ce moment un coup oui un coup non, c’est surement dû aux hormones. Je vais donc de te parler d’une vieille blessure qui se ravive en moi.

 

Tout à commencer à cause d’une histoire que je ne comprends pas, je ne peux pas t’en parler ici car si la personne concernée tombe sur ce blog accidentellement j’aurai surement le droit à une scène pour raison de vie privée malgré que ça me concerne aussi.

Tout ça pour dire que ce sentiment que je croyais enfoui au plus profond de moi et pire que je pensais guérit c’est réouvert, je me mets à faire des cauchemars ou j’ai tout perdu, je me retrouve loin de chez moi à devoir accoucher toute seul, sans rien ni personne, je dois aider le monde entier afin de trouver la force d’aller de l’avant, dans l’espoir de retrouver ma famille, avec la volonté de demander pardon même si je sais que je n’y suis pour rien.

Il m’est arrivée tellement de chose en moins d’un an que je pensais pouvoir vaincre à tout va, je me retrouve face à moi-même avec ces sentiments, me sentir seul et abandonné comme lorsque j’étais ado.

Je ne te raconterai pas toute ma vie ce serait trop long mais un matin ma mère à claquer la porte, je n’y étais pas pour rien dans cette histoire, je ne pense toujours pas avoir mériter cela, en même temps j’ignorai qu’une mère ne puisse pas tout pardonner à ses enfants et pire qu’elle puisse la laisser la, je me console en me disant que ça aurait pu être pire. J’étais chez mes grands-parents, ses parents (elle aurait voulu que j’aille en foyer, papy et mamy eux ont préféré me garder, je leur en serais éternellement reconnaissante). Il y a d’autre évènement dans ma vie qui m’ont inlassablement conduit à la peur de l’abandon.

Je pensais les avoir tous vaincu, je me rends compte aujourd’hui que non et même si je connais le chemin parcouru, je ne sais pas comment faire pour le reparcourir. Aujourd’hui tellement de chose ont changer, je ne suis plus cette jeune fille de 17 ans, j’ai un mari génial, des enfants extraordinaires, des beaux-parents aimants, des amis précieux et bien sur il me reste ma grand-mère pour qui je déplacerai des montagnes.

Quand on a tous pour ne plus sombrer, comment est-ce possible de revenir à ces peurs d’antan ?

Je ne peux pas vraiment répondre à cette question, je sais juste qu’il me faudra trouver la force en ceux que j’aime pour resourire avec plaisir et douceur, revivre en harmonie avec moi et ne plus jamais lâcher.

 

Voila c’était une confidence sur un souvenir qui a ressurgit et qui fait de moi celle que je suis, j’espère ne pas t’avoir trop ennuyé.

Je reste confiante, bientôt je te confierai de meilleur souvenir.

 

Si tu as besoin de partager, n’hésite pas.