Bien dans sa tête Bien dans ses baskets Notre corps nous définis Vivre aligner avec soi

« Nous sommes en guerre »

Le président de la France a qualifié cette crise sanitaire de guerre. Alors je dis oui, nous sommes en guerre mais dans une guerre intérieure. Ce virus ne se voit pas, ce micro-organisme est bien là mais comment lutter avec autant d’incohérence et d’incompréhension de nous-même.

Pourquoi nous sommes en guerre ?

L’être humain vient de la terre mais il n’existerait certainement pas sans les big bang de l’univers. Nous sommes donc la conception de ces deux environnements, de cette évolution naturelle, une sorte de fusion, d’équilibre, d’évolution. Il est temps de s’éveiller et de remettre en question notre existence pour en sortir grandit.

Dans notre évolution, nous cherchons perpétuellement à comprendre qui nous sommes, d’où nous venons, où nous allons et tout cela avec les explications les plus crédible au monde. Comprendre mais pourquoi vouloir toujours tout expliquer. Cela ne nous fait-il pas plus souffrir que de vivre en adéquation avec soi. Il faut savoir trouver l’équilibre entre la connaissance à l’extérieur de soi et celle à l’intérieur. Il faut découvrir et apprendre ce qui nous intègre sans forcément chercher à le comprendre. Il faut accepter ce qui fut, ce qui est et ce qui sera.

Alors écoutons notre corps pendant qu’il nous est donné la chance de le faire.

Le mal à dit nous sommes en guerre

Que traduis-t-il ? Que nous dit notre corps ? Il révèle nos regrets, nos peurs, nos doutes, nos inquiétudes et notre mal-être. Soyons juste ok avec ça. Guérissons-le comme nous pouvons en ce moment difficile.

La peur nous paralyse, altère notre respiration, bloque nos pensées et nous fait entrer en mode survie. Survivons autrement en ouvrant nos cœurs, parlons avec amour à ceux qui veillent sur nous.

La colère altère notre jugement, nous fait agir sans réfléchir et nous oblige à prendre de mauvaises décisions. Décidons ensemble d’être dans la solidarité, dans la paix, dans la tolérance et le respect.

La tristesse enclenche un épais brouillard, nous vide toute notre énergie. Telle un fléau d’enseignement de nous elle révolutionne nos pensées en bien ou mal. Être triste fait partie de la vie, comme la colère, la peur, c’est normal, mais ne pas en guérir c’est rester dans le noir.

Les regrets font partis de l’ensemble alors apaisons nos cœurs, autorisons-nous à vivre ensemble, arrêtons les interdit et pensons à comment aider. Transformons cette phrase et émotions de noirceur, en les écoutant, en les vibrant puis en les guérissant. L’humanité c’est toujours relevé en apprenant de ces erreurs ? alors honorons là en évoluant à notre tour.

« Nous sommes en guerre ! » Deviendra : « Nous sommes en paix ! »

Eh oui cette crise aura une fin, le confinement se terminera un jour mais qui serons-nous ? C’est la question qui me ronge ce ET APRES ? Après il ne faudra pas oublier tous ceux qui ont bravé la tempête et ont tenue bon pour sauver des millions de personnes, à nous alimenter, à nous énergiser, à nous enseigner, …

Ce sera à notre tour de venir en aide à ceux qui seront à bout de souffle d’avoir lutté pour nous maintenir en vie.

Nous ne pourrons oublier, nous aurons le devoir de ne pas oublier que l’argent n’est rien, qu’il ne permet pas d’acheter la vie. Notre mission sera de faire revenir l’équilibre, de donner l’opportunité de souffler, de reprendre goût à la vie à tout un chacun.

Voilà comment nous devons grandir, comment nous devons évoluer. Pensons humanité, solidarité, don de soi, amour de soi et de l’autre.

Notre guérison d’âmes instaurera un véritable changement pour tout un chacun.

Cet article a glissé entre mes doigts, j’ignore la portée qu’il aura, je ne sais pas si le message sera compris, alors je reste là dans l’attente de l’évolution de notre belle civilisation vers sa résurrection.

Laisse-moi en commentaire ton message à l’humanité

Mamandine

Le chemin vers la confiance, la sagesse, le savoir s’acquiert avec persévérance, temps et un soupçon de volonté.
Voici l’objectif de ma vie aujourd’hui

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *