Non classé

Je n’ai pas le choix

Assouvir ses plaisirs, profiter de la vie, prendre soin de soi, passer du temps de qualité avec ceux qu’on aime, tu en rêves ? Le souci c’est que ton emploi du temps ne va pas en ce sens. La vie que tu pensais pouvoir atteindre s’en est aller.

Et si je te disais qu’il est temps de prendre tes responsabilités et d’arrêter de te positionner en victime. Nous sommes tous à quelques choses prêts responsable de ce qui nous arrive. Tu n’as pas voulu ça et je te crois mais tu as accepté qu’il n’y avait pas d’autre possibilité.

La responsabilité c’est pour les autres

Face aux choix difficiles, tu as peut-être tendance à prendre celui qui sera le plus sécuritaire. Ce que tu fais est juste, tu réponds à une priorité mais est-ce toujours de la sécurité ou la peur de…

Quand tu choisis de regarder la route avant de traverser, là c’est sécuritaire. Quand tu refuses de changer de job car tu ignores si tu en es à la hauteur, si tu auras un cdi, si ton bosse sera sympa, c’est de la confort zone. Sauf que dans ce cas tu te justifieras en disant que tu n’avais pas le choix c’était trop dangereux pour ta famille. Le danger n’est-il pas que tes proches te retrouvent morose chaque soir, sur les nerfs et écœuré d’une vie que tu n’as pas soi-disant choisi. Le risque que ça ne te convienne pas est réelle mais tu pourras reproposé tes services à une autre entreprise ou te reconvertir pour enfin trouver ta place dans le monde.

Ce n’est donc pas la faute de la société si tout va mal dans ta vie. Ce n’est pas la tienne non plus, mais tu en deviendras responsable si tu n’essayes pas de faire autrement.

Prendre se responsabilité à bras le corps

La vie n’est pas parfaite, elle répond juste à une expérimentation, comme à l’apprentissage et à l’équilibre des deux.

La première chose à accepter c’est ta vie actuelle. Tu l’as choisi d’une manière ou d’une autre, c’est la tienne. Du coup acceptes de manière positive ce qui t’arrives, regarde les choses sous un angles positif. Observe les choses avec satisfaction, respect et gratitude

Étape 1 : Je suis satisfaite de ce que j’ai

Apprendre à lâcher-prise face à ce que tu possèdes. Il est important d’être conscient de cette chance que tu t’es donnée de naitre, grandir et vivre. Ta famille, ton entourage, tes liens sociaux ainsi que ton environnement comme tes biens sont à ton image. Il reflète la manière dont tu penses vies et respire.

Si tu es perfectionniste dans la vie, tout ne coïncidera certains pas avec cela mais pourquoi ? En fait il correspond parfaitement mais comme tu veux que tout soit absolument grandiose, tu dépenses beaucoup d’énergie dans des choses non essentiel. Du coup tu passes à cote d’un tas d’opportunité. Le truc c’est que si on observe ce besoin de perfection, on découvre que cela correspond souvent à une blessure d’enfants, un choc émotionnel, une perte de repère ou un sérieux manque de confiance en soi.  

Prendre le temps d’observer sa vie, c’est prendre du recul, c’est se satisfaire des petits rien qui font beaucoup. C’est mettre de la distance entre ce qui te bouffe la vie et ce qui t’apporte de grand bonheur.

Étape 2 : Je suis respectueuse envers moi et mon avenir

Est-ce qu’on pourrait arrêter cinq minutes de se mentir. On essaye des tonnes de techniques en tous genres, des tas de bidule machin truc pour se sentir mieux. Sauf qu’à la fin on s’insulte, ce dénigre à tout va car on n’a pas réussi.

Une fois se florilège de belles paroles terminé, on sourit, on enfile nos plus beaux escarpins, se tiens la tête haute et on dit « Tout va bien ». Nous refoulons continuellement nos émotions, en les rangeant sous un masque. Bon on n’est pas bête non plus, après on va voir sa super copine pour vider son sac.

Le truc c’est que les émotions négatives il faut les contrer au plus vite. Sinon ça craint pour le moral. Il faut parfois de longues semaines pour prendre une bonne habitude, il en faut beaucoup moins pour une mauvaises à mes yeux. Alors prenons l’habitude d’aller au bout de nos émotions, de les libérer complétement et de ne plus attendre qu’on y soit autorisé.

Quand on va au bout de la colère après on se sent vider mais aussi apaiser. Attention quand je dis de les évacuer je ne dis pas sur l’autre (vive les relations dégrader à cause de blessures). Aller hurler à l’abri des regards, taper sur un objet plus ou moins mou, ça fait du bien. Ensuite plus facile de prendre du recul et de communiquer avec la personne.

Étape 3 : Chaque jour j’éprouve de la gratitude

C’est un moyen exceptionnel de prendre conscience de notre place sur terre, de la chance de pouvoir respirer car nous sommes en vie.

Prendre le temps de remercier la vie, soi et les autres, chaque soir. Attention on ne pratique pas la gratitude parce que c’est fashion, c’est une véritable ouverture de son cœur. C’est remercier, accepter, pardonner et aimer en même temps.

La gratitude a le pouvoir de remettre les choses à leur place:

  • Connaitre sa responsabilité dans les évènements quel qu’ils soient.
  • Prendre du recul sur la vie.
  • Pouvoir être plus facilement dans le don de soi
  • Avoir plus de confiance et d’estime de soi.

Je n’ai vraiment pas le choix d’endosser ma responsabilité

Plus on est en bad, plus on donne de la mer…bip… Qu’on se le dise (à demi-mot quand même, essayons de rester poli) ! Du coup l’inverse est vrai, enfin pas toujours et ça c’est la magie des neuro transmetteur et des hormones. Tu as déjà remarque lorsque tu es ultra positive et qu’on te donne une mauvaise nouvelle, tu te sens perdu, tu as envie de pleurer mais au fond de toi tu te sens bien. La transition est assez compliquée mais plus rapide du haut vers le bas. C’est comme le vélo pour te donner une image, tu iras plus vite de descendre la montagne que de la monter.

Du coup ancre en toi quelques choses de positif, utilise pour cela un objet, une image, un gout, un parfum et associe-le à ton meilleur souvenir celui qui te donne le plus de bonheur. De cette manière lorsque tu es triste et que tu as fini de pleurer toutes les larmes de ton corps. Tu te sens vide, à bout de force et là tu utilises cet aide-mémoire en utilisant le sens associé.

Pour que cela fonctionne prend quelques minutes chaque soir pendant au moins une semaine et renvie le moment en utilisant le sens en question. Par exemple tu as décidé de l’associé au gout de banane, mange une banane en revivant énergétiquement, dans tout ton corps la sensation de bonheur. A chaque fois que tu mangeras une banane, l’énergies que tu ressentiras sera positive mais en cas de tristesse énorme et bien tu n’auras qu’à t’imaginer mangeant une banane et te voilà en train de refabriqué des hormones de bonheur.

Alors quel sens vas-tu choisir ? Quel évènement vas-tu lui associé ? Je te laisse me le partager en commentaires.

Tu n’as pas le choix de vivre sans complexe

Mamandine

Le chemin vers la confiance, la sagesse, le savoir s’acquiert avec persévérance, temps et un soupçon de volonté.
Voici l’objectif de ma vie aujourd’hui

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *